Sentiment d’infério-supériorité – fluctuation rapide entre sentiment de supériorité et d’infériorité

Photo d'un lion dans un zoo pris dans un couloir en verre, le lion est sur le couloir
Se sentir fort comme un lion, mais un lion en mousse.

Je m’imaginais que je pourrais faire des découvertes énormes parce que j’étais sûr d’être immensément intelligent et la seconde d’après je m’imaginais que c’était totalement ridicule de m’imaginer cela, et que c’était sûr que j’étais idiot car je m’était imaginé ce truc totalement fou mégalo, ou car je venais de perdre à un jeu contre un copain par exemple. Juste après j’avais peur que les gens sachent ce que je pensais, qu’ils me trouveraient très profondément ridicule de m’imaginer super génie. Je redoutais que mon attitude trahisse le fait que je pense cela, et donc à chaque instant en présence des gens, j’avais honte de ce genre d’idées.

Je m’imaginais fort comme un lion par moment, mais au fond la confiance en moi n’était pas là et au moindre obstacle, je prenais peur.
photo d'un lapin dans une cage dans une exposition
Voilà, quand on a peur, on redevient tout petit.

Puis juste après à la fois motivé par l’envie de prouver à moi même que je suis un vrai génie, pas un idiot, et par la motivation de faire de super chose je m’imaginais des projets grandioses que je réaliserai, puis je retombais dans la peur d’être idiot et ainsi de suite.

Je crois que ce genre de fluctuations insupportables m’arrivaient plus en me rapprochant des périodes de crises qui m’arrivaient durant les grandes vacances scolaires.

Une chose aidant pour faire face à ces fluctuations, c’est qu’il faut savoir qu’on a tous des défauts et qualités et donc que extrêmement peu de gens ont que des défauts, et extrêmement peu de gens ont que des qualités, c’est comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *