La culpabilité de se sentir un poids pour la société.

photo d'un pont à moustier sainte marie
Se sentir seul face à la culpabilité d'être un poids pour la société.

C’est très possible que ma famille a dû s’inquiéter pour moi, je ne sais pas vraiment, ça me gène un peu de penser à ça, peut être car ma maladie psychiatrique reste pour moi du domaine de l’intime.

Bénéficier de l’AAH (cette aide de 900€ par mois pour les gens adultes handicapés) est extrêmement important, ça permet quand même de ne pas être à la rue si sa famille est pauvre, c’est aussi savoir qu’on ne va pas être une charge pour sa famille…

…si il fallait que sa famille entretient la personne malade. Pour moi, me sentir être la charge de ma famille ça aurait été une honte, une souffrance et un grande culpabilité, je l’aurai vécu très mal, je m’en serais atrocement voulu d’être vraiment un poids.

un oursin dans les mains d'une fille
J'aurais été mal à l'aise de récolter les fruits de mon travail : tant de souffrance pour peu de bénéfices, en plus je ressentais que mon travail n'était pas mérité car dans mon idée, les métiers sont néfastes à la société?

J’avais du mal à travailler, c’est toujours un peu le cas, et je peux faire auto entrepreneur mais un métier à horaire fixe me parait impossible, car je dors beaucoup, j’ai du mal à me concentrer, j’ai besoin de me distraire souvent, le fait de faire quelque chose que je risque de trouver complètement inutile va me désespérer au plus haut point, hors je ressentais cela pour la plus part des métier.

Ça, c’est peut être un peu à part de la plus part des schizo, mais ne pas avoir de temps pour tenter de réaliser certains de mes projets si je devais travailler me ferait souffrir à un point dingue.

Même sans un être un poids pour ma famille, je culpabilisais d’être un poids pour la société, je m’en voulais donc de ne pas aimer travailler car il faudrait que je travaille pour ne pas être un poids pour tous, pourtant en même temps je sentais que la plus part des métiers était inutile voir parfois néfastes, j’étais tiraillé à cause de ça entre l’obligation de travailler pour faire bien et ne pas faire les métiers que j’estime néfastes.

Une voiture anglaise des années 70 sur un parking d'un plage normande entre les falaises
La richesse: Je voyais la richesse que je pouvais avoir comme une corruption, comme une mauvaise chose, car les actions qui m'auraient permis d'être riche ne sont pas dans l'intérêt général, ne sont pas des bonnes actions pour les gens, et puis c'est égoïste d'être riche 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.