Le suicide:

amas de toiles d'araignées et d'araignées au bout d'un baton devant des marches en pierre
Ce sont des toiles d'araignées et des araignées mortes enchevêtrées au bout d'un bâton, peut-on faire plus "idées noires" comme image 🙁

Jusqu’à très récemment la mort et l’idée de se suicider me faisait extrêmement peur, je ne me serait jamais suicidé, j’avais surtout peur que de penser au suicide finissent par m’y amener.

Je me disais bien que les gens qui tentaient de se suicider ou le faisaient, voyaient la mort comme un échappatoire, mais je n’avais jamais ressenti cela, jusqu’à récemment.

Suite à une période stressante en continue, où je n’étais jamais serin, j’ai commencé à me dire que mon esprit ne serait jamais serein toujours anxieux, et que ça resterait pénible jusqu’à la fin de ma vie, je me disais ça car je trouvais que ça faisait très longtemps, environ un an et demi, que c’était comme ça et que ça n’avait pas de raison de changer. J’ai ressenti alors la mort comme quelque chose de calme sans problèmes, comme une solution à un stress continu dans l’esprit…

… très pénible et qui n’a pas de raison de s’arrêter jusqu’à la fin de la vie, la mort serait dans ce cas un truc apaisant enfin. J’ai juste ressenti ça, ce qui m’a déjà un peu inquiété, et m’a forcé à prendre quelques jours de repos, je ne suis pas aller jusqu’à vouloir me suicider, loin de là, mais je me dis que ça commence comme ça.

Il faut savoir pour ceux qui nous lisent que si vous envisagez vraiment le suicide, il faut en parler, à son entourage, au médecin, bien sûr en essayant d’éviter de les faire culpabiliser, mais en les alertant, et en montrant qu’on voudrait être aidé dans cette situation, qu’on aimerait qu’on nous apporte une solution, les amis pourront alors trouver des solutions, quelle qu’elles soient.

une personne dans un arbre creux dans une forêt en automne
Que ressent-on mort? Sacrée question qui va nous influencer.

Je crois qu’il y a plusieurs étapes menant au suicide (c’est ce que j’avais appris en médecine), je peux dire une bêtise, mais je crois que ce sont les suivantes:

  • D’abord on ressent la mort comme un possible soulagement fasse à notre situation.
  • En suite on envisage de temps en temps la mort mais pas sérieusement.
  • En suite on l’envisage sérieusement fréquemment.
  • On planifie un suicide.
  • On passe à l’acte.

Il faut savoir qu’il faut en parler dès que vous vous rapprocher trop de la dernière étape. Il existe des gens qui font de nombreuses tentatives, un peu comme un message d’alerte, il faut donc les aider à ce moment. Certains planifient vraiment leur mort.

Également à destination des soignants qui font des gardes de 24h (cette pratique des gardes si longue est juste une incitation aux suicides, aux accidents de la route lors du retour des soignants chez eux, et aux erreurs médicales de la part de l’état). Il peut arriver qu’on se suicide de soulagement suite à une telle garde. Il faut donc s’efforcer de globalement ne pas être trop dans l’idée du suicide… en se forçant à prendre du repos un minimum, pour éviter qu’une telle chose arrive suite à une longue garde. C’est arrivé à plusieurs amis d’amis à moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.