Contrairement à ce qu’on pourrait penser, je pense que la logique est conservée dans la schizophrénie, même si elle fonctionne moins bien

une salle avec des fauteuils et une belle vue en Corse avec un jeu d'échec posé sur une table basse
La logique est conservée. Mais quand les idées nous fusent dans l'esprit, il est beaucoup plus difficile de garder le chemin du raisonnement par exemple lors d'une partie d'échec ou même quand on répond à une question simple à une personne.
Contrairement à ce que les gens pensent souvent sur la schizophrénie, je pense que la logique est conservée dans la maladie pour au moins une bonne partie des patients. Si une idée n’est pas logiques, si cette personne a un cerveau capable de mettre en évidence que c’est pas logique en temps normal, elle aura aussi la capacité de le faire durant le délire. C’est juste que l’afflux d’impression intenses et qui arrivent rapidement fait oublier les arguments en défaveur de cette impression. Cependant il peut y avoir par certains points, des éléments qui font comprendre au patient que c’est pas bon.

Je donne l’exemple de l’idée qu’il est probable que des gens se soient mis d’accord pour nous tuer pour appuyer l’idée que la logique reste dans l’esprit. Là, les contre arguments ne sont pas pris en compte. Cette idée peut effectivement ne pas être logique en quelques sorte, car si on réfléchit bien, un tel évènement, c’est à dire un meurtre, n’arrive jamais ou pas plus d’1 sur 100 000 personnes. Il n’y a pas de raison que ça nous arrive plus à nous que ça. Sauf si on pense qu’on est très important et que pour ça des gens voudrait nous tuer, par exemple si on travail sur un projet important. Mais alors on peut se demander si ce projet est réellement connu par d’autres personnes qui pourraient nous en vouloir, et si vraiment les gens seraient prêt à nous tuer juste pour ça. Mais l’inquiétude étant telle qu’on oublie de faire de telle remise en question et de bien les considérer. Et si quelqu’un nous dit: “réfléchi, personne ne veut te tuer, ça n’arrive jamais que des gens tuent au hasard d’autres personnes”, alors effectivement il pourra y avoir remise en question chez la personne délirante. Il pourra effectivement se rendre compte que ses inquiétudes sont exagérées un temps. Mais il continuera à s’inquiéter, et son cerveau plus fort que sa raison continuera à créer des scenario inquiétants.

Ça me fait penser à un certain, très connu chroniqueur qui si on lui expliquait que les musulmans n’étaient pas dangereux, son esprit aurait réussi à construire sans cesse des observations bancales sur pourquoi il existe un complot des musulmans contre la France. Ce chroniqueur aurait presque peur de redevenir sensé, car tellement persuadé que les musulmans sont dangereux pour la France, ce serait dangereux de redevenir sage parce que dans ce cas, il ne lutterait pas contre eux, qui à son sens représentent réellement, forcément une menace.

Je pense que c’est quelqu’un qui n’a pas conscience que la plus part des gens, y compris les musulmans sont des personnes bonnes. Je pense que la plus part des gens ne sont pas des héros, mais que la plus part des gens sont embêtés de faire souffrir les autres. Du coup cela le conforte dans ses idées. En plus, je pense qu’il n’a pas la capacité de se rendre compte que ces attaques blessent ces gens.

la plage, la mer, et les beaux bâtiments à biarritz
Illustration pour embellir le site.

Avoir peur d’abandonner son délire parano car on la considère comme vrai

Je pense que ne pas vouloir abandonner son inquiétude parano, car comme on est sûr quelque part qu’elle est vraie, et donc que l’oublier nous mettrait en danger face à une menace bien réelle, et que du coup il ne faudrait pas prendre de traitement, est un phénomène courant dans les inquiétudes parano. Parfois aussi dans la schizophrénie, mais j’ai l’impression que généralement la raison prend le dessus dans la schizophrénie et les gens se soignent quand ils se rendent compte que c’est plus possible dans leur tête.

Il y a aussi des délires qui convainquent les gens (il me semble bien), qu’ils sont vrais, bien agréables et rassurant, souvent surnaturel je crois. D’autres qui peuvent être ressenti comme à rejeter. Je ne prétend pas connaître tout les délires arrivant dans les pathologies psychiatriques, mais j’espère que le témoignage du mien pourra aider les soignant à mieux comprendre leur patient.

Encore une fois d’après cet article une partie des cas de schizophrénie n’auraient a première vue pas conscience que les idées qu’ils ont ne tiennent pas la route. Je n’étais pas au courant de cela, et c’est pourquoi je ne comprenais pas qu’on parle d’anosognosie dans la schizophrénie.

La preuve que la logique peut tout à fait être conservée est que durant ma deuxième première année de médecine je suis arrivé classé dans les 30 premiers sur 1800 étudiants au premier semestre sur des épreuves de biologie cellulaire, de chimie et de physique, ces 3 matières étant toutes basées sur la réflexion et la logique.

Effectivement la partie du second semestre sur ce qu’on appelait science humaine et sociale dont certaines matière parlaient de droit et donc basé quelque part sur ce que ressentent les gens, était à l’époque très difficile à comprendre pour moi car elle faisait référence aux ressenti des autres, que je ne comprenais pas. Bien que j’essayais de me mettre à leur place, je n’arrivais pas à comprendre ce que les autres ressentaient.

Je ressentais oui, mais des trucs très différents, comme l’anxiété sociale intense, le mal-être, la parano, la peur d’être bizarre ou démoniaque, du coup il m’était impossible aussi pour ça de me mettre à leur place. Je vivais différemment, plus précisément, je survivais, je vivais des trucs extrêmes.

Et je pensais que parce que je vivais ça j’étais complètement anormal et ça me faisait peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.