La sexualité

une tache de peinture multicolore dans un papier plié en deux Rorschachefaisant penser au test psychologique de
Tout pouvait m'évoquer le sexe tellement ma libido etait intense, c'était insupportable.

La sexualité était quelque chose de vraiment dérangeant, même si mes fantasmes sexuels étaient hyper intenses. Je redoutais approcher les filles, et je culpabilisais de cela comme si j’aurai du me forcer à les approcher alors qu’au fond j’étais vraiment tétanisé de leur présence et de leur jugement que j’imaginais sur moi.

deux oursins qui se disent bonjour sur une plage de Corse
L'approche des adolescents en mal de sexe !

En suite, de toute façon j’aurai été mal à l’aise en présence d’une fille, mais je culpabilisais de pas approcher les filles quand même, que c’était les gros nuls, les pauvres types qui n’avaient pas de copine, à part à 19 ans et pendant quelques mois, sinon je n’avais pas de petite amis, et je ressentais ça comme une grave honte, un poids. Ça a été quelque chose que j’ai ressenti très longuement, longtemps après le début de mon traitement, pour avoir vu ça chez d’autres garçon, je crois que c’est assez répandu, même si c’est moins intense que ça l’a été chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.